CONSEIL / COACHING / FORMATION / CONFERENCE


>RETOUR

CHARISME OU LEADERSHIP POUR LA PERFORMANCE ?
PAR RICHARD BERAHA
TOUS DROITS RESERVES
>Téléchargez le texte en format pdf
Qu’est-ce que le charisme au XXIe siècle ?
Pourquoi ce charisme devient-il aujourd’hui un sésame indispensable pour le dirigeant ?
Qu’est-ce que l’intelligence relationnelle ?

Développé par Daniel Goleman[2], le terme d’intelligence relationnelle a été employé pour la première fois en 1920 par Edward Thorndike de l’Université de Columbia. Cette notion se rapproche de l’intelligence sociale ou interpersonnelle qui est la forme d'esprit permettant d’accéder aux pensées et sentiments d’autrui (empathie) et d’interagir efficacement sur lui, nous rajoutons, avec lui, sur soi aussi en miroir.

 

Cette aptitude permet d’optimiser l’efficacité dans les situations d’interactions sociales et professionnelles, de lever les obstacles psychologiques à une communication fluide et constructive, enfin d’entretenir sur le court, moyen et long terme un réseau relationnel. Car ce dernier s’avère vital pour le développement de tout individu, encore plus dans le monde des affaires et au sein de l’entreprise. En effet, sans réseau et sans faculté de s’en constituer un en qualité et en quantité, en liens faibles ou forts, nos potentialités de réflexion, plus encore d’action, s’appauvrissent.

 

Notons que cette capacité ne constitue en rien une vertu, pas plus qu’un gage d’efficience sur le long terme. Sans une éthique visant à considérer l’Autre comme sujet et non comme objet, en effet, cette intelligence relationnelle chère à Machiavel, peut conduire au cynisme et à la manipulation.

 

Les dernières découvertes sur le cerveau mimétique et les neurones miroirs donnent un nouvel élan au concept d’intelligence relationnelle. Car plus qu’une intelligence, ce serait également une aptitude physiologique et neurologique plus ou moins développée selon les individus et les sociétés. On sait de plus que - grâce aux travaux sur l’autisme, la régénérescence et la plasticité du cerveau - un entraînement social orienté permet à chacun et à sa façon de déployer son talent dans la relation et de progresser. Par quelles voies ?

 

  • Accéder plus aisément à l’autre, saisir sa subjectivité, sa sensibilité, la forme de sa pensée.
  • Reconsidérer ses représentations sans diaboliser celles d’autrui, afin de mieux s’adapter, de mieux orienter et influencer.
  • Éviter les conflits dus aux malentendus, aux enfermements dans des logiques contradictoires, de vérité, d’égo.
  • Discerner la bonne distance psychologique et physique à entretenir en fonction des enjeux et des interlocuteurs.
  • Exprimer plus facilement ses sentiments afin de sortir de processus relationnels répétitifs perdants (issus souvent d’expériences enfantines et adolescentes).
  • Fluidifier ses relations en sachant donner et recevoir de l’attention, des signes, de la valorisation, de l’aide, du temps, de soi.
  • Jouer avec l’effet du temps, être patient, apprendre de l’expérience.
  • Enfin, entrouvrir son propre système de défense qui dans bien des situations détourne d’une relation productive et féconde. En gros, être plus soi-même et en même temps, mieux avec les autres.

[2] Daniel Goleman. Cultiver l’Intelligence Relationnelle (social Inteligence : The New Science of Human Relationships, 2006).

Qu’est-ce que l’intelligence situationnelle ?
Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle ? Et la plasticité émotionnelle ?
COMMENTAIRES
NOM
EMAIL
ENTREPRISE
FONCTION
TELEPHONE

COMMENTAIRES:
Boutier:
Très joli et pertinent parallèle avec la culture chinoise, ça me fait penser au détour et l'accès de Jullien, personnellement je comprends parfaitement cette position étant moi-même métis.

Michel Legrand:
Texte vraiment enrichissant !





RICHARD BERAHA MEDIATION
NEWSLETTER

52 BOULEVARD DE VAUGIRARD 75015 PARIS - FRANCE+33 6 11 43 05 56 RCS PARIS 500 622 477